C’est une bonne situation, ça, éditrice ?

Note : ce texte a été initialement écrit en février 2018 (oui, ça date). Il a bénéficié des lectures, conseils et suggestions pertinentes d’Anabel V. et de Christine D. que je remercie pour leur intérêt et leur soutien. La version publiée ici a été mise à jour – et épurée de quelques blagues au passage ;).

Comme Otis1, je ne peux répondre de manière laconique à une question telle que celle-ci. Quand des personnes extérieures au monde académique me demandent en quoi consiste mon métier d’éditrice au CNRS, je dois généralement préciser que : 1) ce n’est pas moi qui rédige ce qui est publié mais les chercheurs et les chercheuses avec lesquelles je travaille (j’exerce au sein d’un laboratoire de recherche2) ; 2) je n’édite ni romans, ni magazines mais des revues scientifiques ; 3) les articles qui passent entre mes mains sont des écrits académiques d’historien·nes3 destinés en premier lieu à leurs pairs. Mon métier consiste principalement à établir des protocoles de relecture/correction, transmettre aux auteurs et autrices les orientations et remarques du comité de rédaction, effectuer la préparation de copie (normalisation, vérification des contenus, structuration, relecture-correction), déterminer les caractéristiques de la publication et préparer les éléments graphiques (maquette intérieure, illustrations), mettre en page et en ligne les contenus (en structurant les documents en XML)4. Rigoureux toujours, austère parfois, mon métier, qui est au cœur de la recherche scientifique publique, offre plusieurs facettes.

C’est d’abord des rencontres

Si mon travail nécessite des moments d’isolement (notamment en ce qui concerne la préparation éditoriale), je n’en suis pas moins en contact régulier avec des chercheurs et des chercheuses – les auteurs et les autrices des articles, les coordinateurs et coordinatrices de numéros thématiques, les évaluateurs et les évaluatrices, les directeurs et les directrices de revue, les membres des comités de rédaction – et des professionnel·les de l’information scientifique et technique (IST). Cet aspect relationnel important rend le métier particulièrement stimulant. Au commencement d’un nouveau numéro de revue, je rencontre d’abord un texte, puis son auteur ou son autrice, ses évaluateurs et évaluatrices. Dès lors, une correspondance e-pistolaire éphémère, de plusieurs semaines à quelques mois, s’instaure. Comme toute relation, les premiers échanges sont importants. Il convient d’instaurer la confiance entre les chercheurs et les chercheuses d’une part et les personnels accompagnant la recherche d’autre part. En mettant en pages ou en ligne leurs textes, en leur donnant une matérialité, l’éditrice permet de faire le lien entre l’auteur ou l’autrice et son lectorat. Ce métier d’accompagnement de la recherche est un maillon indispensable à la bonne diffusion du savoir scientifique public, au même titre que les autres professionnel·les de l’IST (je pense notamment à mes collègues responsables des ressources documentaires, chargé·es de communication, de diffusion et de valorisation scientifique5…).

Que la force du réseau soit avec toi !

Fort heureusement, la phase de solitude face aux textes ne dure pas. La proximité, voire l’intimité d’une certaine manière avec les productions qui me sont transmises permet une appropriation éphémère, le temps de la mise en forme, du passage d’un texte à lectorat restreint à sa diffusion à plus large échelle. Les échanges sont ici multiples avec les collègues éditrices et éditeurs. Partage de bonnes pratiques, de trucs et astuces, par tous les moyens modernes de communication. À cet effet, une communauté est particulièrement utile et au cœur de mon métier : il s’agit de Médici, réseau interdisciplinaire et interorganismes des professionnel·les de l’édition scientifique publique. Depuis plus de dix ans, ce réseau accompagne les collègues dans leur activité éditoriale en proposant liste d’échanges, veille partagée et formation professionnelle adaptée aux spécificités du métier. La découverte de Médici en 2014 m’a permis d’élargir mon horizon professionnel. Lors des 5es Journées du réseau, tenues en avril à Strasbourg, j’ai pu faire la connaissance de mes homologues travaillant dans des laboratoires de recherche, des presses universitaires, des universités, etc. Et surtout, nous avons pu échanger sur nos façons de faire de l’édition scientifique publique. J’ai alors eu envie de m’engager davantage dans ce réseau pour poursuivre cette exploration collective. C’est ainsi que je me suis investie dans le groupe de travail “InfoRézo” puis dans la transmission de savoirs professionnels (retours d’expérience, formations, animation d’ateliers puis organisation des journées : Dijon en 2017, Avignon en 2018 et Nantes en 2019) et que je suis désormais au comité de pilotage et à l’animation du réseau. L’objectif initial de fédérer les collègues autour d’un réseau métier tout en leur permettant de sortir de l’isolement est atteint, chacun·e pouvant faire appel à Médici et également apporter sa contribution au réseau.

Le goût de la chose bien faite

Une coordinatrice de numéro de revue m’a dit un jour que mon travail lui faisait penser à de l’artisanat. Devant mon expression étonnée par cette remarque, elle a précisé ce qu’elle percevait de mon intervention éditoriale, à savoir “le goût de la chose bien faite”. Je partage avec elle cette vision du métier. Je ne peux concevoir de ne pas lire les textes, m’en imprégner le temps de l’édition du numéro, accompagner les auteurs et les autrices dans la finalisation de leur publication (et dans l’affinage des métadonnées associées), lire, relire et vérifier l’intégralité du volume avant de donner le BAT et, bien sûr, contribuer à la diffusion du résultat final par tous les moyens dont nous disposons. Il y a une certaine satisfaction – et un peu de désappointement parfois quand l’impression n’est pas à la hauteur de ce que l’on attendait – lorsque le numéro “paraît”. Pendant quelques instants, c’est un plaisir unique : le numéro m’appartient encore un peu, jusqu’à ce que j’annonce sa naissance effective à l’ensemble des personnes ayant contribué à son élaboration. La publication collective prend corps et chacun·e espère qu’elle rencontrera le lectorat le plus large possible. Le numéro ne m’appartient plus. J’ai participé à cette réalisation collective, j’ai traqué les coquilles et les erreurs – voire les horreurs – typo. Si le volume est réussi, mon intervention ne se voit pas : mon lien à la publication est invisible. Il n’y a généralement aucune trace du travail effectué. Parfois une mention, quelque part au milieu de centaines de pages. Mais il demeure une satisfaction pleine et entière : celle d’avoir contribué à la concrétisation d’un projet éditorial collectif et stimulant. Et surtout, ce qui reste et qui n’appartient qu’à moi, “[ce] goût de la chose bien faite, le beau geste” comme le dit si bien Otis.

  1. Le titre de ce premier billet – il faut bien commencer – fait référence à une question posée par Panoramix à Otis, le scribe génial du film Astérix et Obélix. Mission Cléopâtre (réal. Alain Chabat, 2001), dont le personnage est incarné à l’écran par Édouard Baer. Pour le plaisir, “Edouard Baer – Monologue d’Otis”, Genius : https://genius.com/Edouard-baer-monologue-dotis-annotated (consulté le 13 août 2021). []
  2. Le Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560, EHESS/CNRS/MNHN), créé en 1958, est un centre de recherche en histoire des sciences et des techniques situé à Aubervilliers, sur le Campus Condorcet. []
  3. Tiens, des points médians. L’écriture inclusive et le choix de ces points feront l’objet d’un billet spécifique (#teasing). []
  4. Description des fonctions issues de l’emploi-type F2C51 – Éditeur-trice disponible sur le site RÉFérentiel des Emplois-types de Recherche et de ENseignement Supérieur III — Plateforme open data (données ouvertes) : https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pages/fiche_emploi_type_referens_iii_itrf/?refine.referens_id=F2C51 (consulté le 13 août 2021). []
  5. Pour un aperçu des métiers existants (44 emplois-types dans la branche d’activité professionnelle (BAP) F “Culture, Communication, Production et diffusion des savoirs”), se reporter à “Cartographie de la BAP”, RÉFérentiel des Emplois-types de Recherche et de ENseignement Supérieur III — Plateforme open data (données ouvertes) : https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pages/la_bap/?refine.referens_bap_id=F (consulté le 13 août 2021). []

Auteur/autrice : Céline Barthonnat

Éditrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.